Guerre des marques en Dordogne : Vinta-Quatre a-t-elle eu raison de la boutique 64 ?

7 / 11 / 2012

Alors que la marque 64 doit décider si elle ferme sa boutique du centre-ville, Vinta-Quatre en a ouvert une seconde, à Bergerac. Sans triomphalisme.

L’opération se veut plutôt discrète mais elle dure depuis un peu plus d’un mois. « Outlet » est affiché sur la vitrine mais cela ne parle qu’aux connaisseurs. Dans la boutique de la marque 64, située dans la rue des Chaînes, à Périgueux, les produits se vendent à prix cassés.

Juste avant les fêtes, alors que la période est primordiale pour les commerces, cela a le don de mettre la puce à l’oreille… Le magasin fermerait-il ? « La décision n’est pas encore prise », tranche Louis Lacube, le responsable marketing de la marque, dont le siège social est basé à Guéthary, dans les Pyrénées-Atlantiques. La question reste tout de même en suspens et ne sera probablement tranchée qu’à la fin de l’année. « Nous avons remarqué une baisse du chiffre d’affaires dans cette boutique de centre-ville », poursuit le responsable. En réaction, le magasin pratique un équivalent du déstockage. Résultat, les ventes ont été reboostées et les vendeuses, elles, sont remotivées.

L’opération se veut plutôt discrète mais elle dure depuis un peu plus d’un mois. « Outlet » est affiché sur la vitrine mais cela ne parle qu’aux connaisseurs. Dans la boutique de la marque 64, située dans la rue des Chaînes, à Périgueux, les produits se vendent à prix cassés.

« Une assise importante »

Car l’effet crise est bel et bien présent. « Entre l’attrait des centres commerciaux à l’extérieur des villes et les consommateurs qui font attention, certaines boutiques souffrent », poursuit Louis Lacube. Mais il ne voit dans ce constat aucun rapprochement à faire avec la présence du concurrent local Vinta-Quatre. « La marque a montré qu’elle avait une assise assez importante, avec 21 boutiques en France et pas uniquement dans le Pays basque », insiste-t-il.

Sur le front des marques locales, l’éventuelle fermeture de cette boutique ne réjouit en rien Fabrice Cellier, le Périgourdin qui a lancé la marque Vinta-Quatre. « Un commerce qui ferme, c’est toujours mauvais signe », analyse-il pudiquement. Il admet tout de même une certaine « fierté à exister là où les grosses marques ont des difficultés »… D’autant plus qu’il n’oublie pas qu’au moment où il ouvrait sa boutique rue Saint-Front, à Périgueux, la marque 64 lançait, localement, une gamme 24… À l’époque, Fabrice Cellier s’est rassuré : « Une énorme boîte comme 64 qui allume un contre-feu face à des petits comme nous, cela m’a montré que nous étions dans le vrai. »

Mais ce jeune chef d’entreprise ne fanfaronne pas. Les difficultés, il les connaît également. « Cela va faire trois ans qu’on existe, c’est une année charnière dans le commerce… »

Vinta-Quatre, qui a maintenant une seconde boutique en centre-ville de Bergerac, continue de faire ses preuves et jouit d’une cote d’amour non négligeable.

Pour Fabrice Cellier, le fait d’être présent en centre-ville entre dans la logique philosophique de la marque. « La proximité avec la clientèle est essentielle pour Vinta-Quatre. »

Publié le 07/11/2012 – Par Eurydice Baillet – SudOuest.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six × = 30