Lionel Lart-Sulpice, le jetski dans la peau

10 / 10 / 2013

Lionel est un fou de la manette plein gaz, mais sur l’eau; une eau qui, à ces vitesses, est aussi dure que le bitume.  Cet électricien de métier mise tout sur le plaisir, une technique qui le mène régulièrement sur les podiums amateurs. Présentations de celui qui se fait appeler ProGlisse.

Interview Lionel Lart-Sulpice
8 novembre 2013

portraitVQ : Bonjour Lionel. Avant de nous parler du sportif, peux-tu nous présenter l’homme ?
Lionel :
De Fougueyrolles en Périgord Pourpre, je dirais plutôt Mi Homme Mi Cro-Magnon ! Je m’appelle Lionel LART-SULPICE, j’ai 35 ans, de profession électricien dans le bâtiment ainsi que moniteur de jet ski.

VQ : Tu pratiques donc le Jet ski. Peux-tu nous présenter ce sport pour ceux qui le connaitrait mal (fonctionnement, qualités requises, contraintes…)
départ de course 400Lionel : Le jet ski est une moto-marine à moteur  thermique d’une puissance de 100 CV, la propulsion se fait par turbine et non par hélice donc sans danger. Contrairement aux idées reçues  le jet ski ne pollue pas bien au contraire, comme pour un aquarium la turbine oxygène l’eau  ce qui  maintient une très bonne qualité de l’eau.

Le Jet à bras ce pratique debout grâce à un bras articulé. C’est un sport qui demande de l’équilibre, une préparation physique et beaucoup d’entrainement pour arriver à en faire à haut niveau.

Comme tous sports mécaniques  les contraintes sont liées aux pannes de moteurs, aux difficultés à trouver des plans d’eau navigables et le coût du carburant pénalise sa pratique.

VQ : Comment es-tu venu au jetski ?
Lionel :
  J’ai découvert le jet dans les années 90. En 2000 mes parents ont ouvert une base de loisirs avec la pratique du jet ski.  J’en ai profité pour devenir moniteur de jet ski et j’ai  encadré les locations de jet  pendant 12 ans ce qui m’a permis de progresser dans ce sport et de me lancer dans la compétition.

course 400VQ: Et aujourd’hui, quel est ton niveau ?
Lionel :
Pour ma première année de compétition en Championnat de France 2011  j’ai fini 6ème  sur 42 pilotes.  En 2012 je termine 2ème du championnat « Jet ski Games » à Toulouse.  Suite à des ennuis mécaniques sur le championnat de France 2012 & 2013 j’ai fini que 26 et 29ème sur près de 70 pilotes.

VQ : Pourquoi as-tu souhaité te rapprocher de Vinta-Quatre ?
Lionel :
Je suis périgourdin de cœur  et je suis fier de représenter le département 24  du plus j’apprécie le design  de votre marque et c’est un honneur pour moi de la faire connaitre pendant les courses dans les différentes régions de France.

podium 400VQ : Ton frère semble très présent dans ton évolution sportive. Tient-il une place importante ?
Lionel :
Mon frère m’apporte beaucoup,  comme manageur pour la recherche de sponsors,  pour sa participation sur les courses par son soutien moral, pour la préparation de la machine ainsi que pour les photos et vidéos. Il tient une place importante car sans lui je ne vivrais pas pleinement ma passion.

VQ : Quels sont tes projets d’avenir en jetski ? As-tu des ambitions précises ?
Lionel :
Mes ambitions pour 2014 est de retrouver ma place dans le top 10 du championnat de France de jet ski, de participer à une ou deux  épreuves du championnat d’Europe selon le calendrier, ainsi qu’une course en Suisse «  Free 4 style » (regroupent 4 sports en un seul lieu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 × huit =